Le dp0 Quattro offre une qualité d'image exceptionnelle à des réglages ISO faibles

Test du Sigma dp0 Quattro


Sigma a été le premier fabricant à produire un appareil photo compact avec un capteur de taille APS-C et un objectif fixe, sous la forme du DP1 en 2006. Celui-ci utilisait le capteur unique Foveon à trois couches, qui revendiquait une résolution plus élevée que les capteurs conventionnels. Bayer. . Le concept a subi plusieurs révisions depuis lors, y compris des modèles parallèles avec différents objectifs, mais le dp0 Quattro est la prise la plus radicale de Sigma à ce jour.

La première chose qui frappe à propos du dp0 est sa forme. Avec son profil bas et plat, son barillet d’objectif massif et sa poignée inclinée, il ne peut vraiment être décrit que comme bizarre. L’objectif 14 mm f / 4 lui-même est le plus grand angle jamais vu dans un objectif compact à focale fixe, offrant une vue équivalente à 21 mm. Enfin, le capteur est toujours une conception Foveon à trois couches, mais maintenant avec une résolution effective de 19,6 millions de pixels, bien que les choses soient un peu plus compliquées que cela.

capteur foveon quattro

Pour ceux qui ne connaissent pas le capteur Foveon, il fonctionne complètement différemment des capteurs conventionnels. Là où ceux-ci obtiennent leur vision des couleurs en utilisant des filtres de teinte rouge, vert et bleu sur des pixels collecteurs de lumière, les capteurs Foveon utilisent trois couches de silicium empilées. La couche supérieure capture efficacement la lumière bleue, la lumière verte de la couche intermédiaire et la lumière rouge de la couche inférieure. Cependant, pour compliquer encore les choses, les deux couches inférieures ont un quart de la résolution de la couche supérieure, à 4,9 millions de pixels.

Lire aussi :  Test du Fujifilm XQ1

Cela donne aux images Foveon un aspect unique, avec une résolution de détails impressionnante et une gradation de couleur pixel à pixel exceptionnellement fine. Cependant, la conception a également ses problèmes, avec un bruit d’image excessif à des sensibilités de seulement 800 ISO et plus. Les images brutes ne peuvent être traitées qu’à l’aide du logiciel Photo Pro de Sigma, qui, bien que capable d’obtenir d’excellents résultats, est terriblement lent et maladroit.

Le dp0 Quattro offre une qualité d'image exceptionnelle à des réglages ISO faibles

Le dp0 Quattro offre une qualité d’image exceptionnelle à des réglages ISO faibles

Caractéristique

Extérieurement, la caractéristique la plus remarquable du dp0 est son objectif. Il est physiquement énorme, dépassant de près de 9 cm du corps de l’appareil photo et possède un filetage de filtre de 58 mm ainsi qu’une monture à baïonnette pour le pare-soleil en forme de pétale fourni. Avec une vue grand angle équivalente à 21 mm, il ne s’agit en aucun cas d’une optique à usage général, étant mieux adaptée à des sujets tels que les paysages et l’architecture. Cela fait du dp0 un outil très spécialisé, plutôt qu’un appareil photo instantané de tous les jours.

Il y a une griffe sur la plaque supérieure pour l’éclairage auxiliaire, mais pas de flash intégré. Les images sont enregistrées sur une carte SD qui se trouve derrière un couvercle en caoutchouc sur le côté gauche de l’appareil photo, qui cache également une prise USB qui peut accepter la prise de vue filaire. Cependant, il n’y a pas de port HDMI, car le Quattro n’enregistre pas de vidéo.

Lire aussi :  Test du Panasonic Lumix FZ1000

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *